Choisis-toi d’abord avant de t’offrir aux autres

Je voulais reposter ici une Story Letter, que j’ai écrite en décembre 2020, pour les personnes qui sont curieuses de lire le genre de contenu que je partage dans mes emails mensuels. Tu peux t’abonner à mes Story Letters en bas de cette page.

Cela faisait bien longtemps que je n’étais pas « tomber en amour » avec un artiste. Et je ne choisis pas ce terme par hasard.

Découvrir un artiste, entrer dans son territoire émotionnel, regarder/écouter ce qu’il produit, l’observer dans son Êtreté, provoque la même émotion, la même vulnérabilité que lorsque tu tombes amoureux. La même addiction aussi !

Tu penses explorer l’univers de quelqu’un d’autre, alors qu’en vérité cet amour que tu déploies vers l’extérieur est l’énergie qui t’ouvre le portail vers la reconnaissance de ta propre beauté d’âme.

A chaque grand tournant de ma vie, un groupe de musique est entré dans mon champ de conscience pour m’accompagner à traverser une nouvelle rivière.

Dans les années 2000, la mélancolie et l’expression des tourments intérieurs des chansons de Placebo ont été le parfait miroir d’une période douloureuse de séparation où tout ce qui avait été construit depuis 8 années s’est écroulé comme un château de cartes.

Dans les années 2010, le caractère onirique et introspectif des textes de Thirty Seconds to Mars m’ont permis d’ouvrir des espaces de contemplation et de prise de recul sur ce qu’il s’était vécu.

Aujourd’hui, en 2020, l’univers authentique et vulnérable de Reuben and the Dark, Ry X, Manchester Orchestra et de Ben Howard, donne le coup d’envoi d’une décennie placée sous le signe d’un retour à soi où il n’y a pas de place pour la peur et le doute lorsqu’il s’agit d’exprimer ma vérité personnelle et de déployer ma voix artistique dans une puissance teintée de douceur.

Se nourrir d’autres artistes, puis s’autoriser à faire à partir de soi et de ce qu’on sait dans l’instant présent.

Si tu te destines à être artiste, quel que soit ton art, et que tu doutes de la viabilité de ton projet ou de la qualité « marketable » de ce que tu produis, l’invitation est de revenir en ton centre, même si c’est difficile de rester au contact de soi dans un monde sur-informé et sur-sollicité.

Pour cela, la clé est d’éviter à tout prix de tomber dans le piège de la comparaison ou de t’autoriser à faire seulement à partir du connu ou « de ce qu’il se fait ».

C’est aussi accepter de faire à partir de ce que tu es et ce que tu sais faire aujourd’hui, c’est-à-dire avec le niveau d’expertise que tu as lorsque tu commences ce projet artistique. Et ne pas poser un jugement parce que tu n’es pas au même niveau que tes icônes ou idoles.

Cela dit, je te comprends. Je suis passée par là aussi.

En tant qu’entrepreneure-artiste de ma vie depuis 7 ans, je ne me suis jamais mise au centre de mon business. Je regardais ce qu’il se faisait ailleurs en pensant que « c’est ce qu’il fallait faire puisque ça marchait pour les autres ! »

Erreur monumentale ! Je me suis retrouvée à avoir des offres qui ne m’apportaient pas une joie de ouf, et ne mettaient pas du tout en lumière ma zone de génie, tout simplement parce qu’elles ne me ressemblaient pas.

Dit autrement, j’avais oublié que la matière première de mon business/art était… moi-même !

Comme si la mule n’était pas assez chargée, je me suis toujours mis une pression monumentale pour maintenir une perfectibilité constante dans tout ce que je faisais. La recherche de l’excellence n’est pas toujours une mauvaise chose, sauf quand ça t’empêche de passer à l’action et/ou quand c’est fait avec une énergie de non-amour !

Mais ça, c’était avant.

Aujourd’hui, je choisis quelle artiste-entrepreneure je veux être avant de m’inquiéter si mes offres vont plaire. Et je me mets au centre de mon business, puisque je suis sa première ressource.

Et je t’invite à faire ce mouvement vers l’intérieur aussi pour sonder dans ton cœur les raisons pour lesquelles ce projet artistique ou entrepreneurial est si important pour toi et quelle pierre, au travers de ta voix de Messager.e, tu as envie de poser au sein de cette grande conversation collective.

Infuse ton territoire artistique et émotionnel pour savoir quel artiste tu as envie d’être avant même de t’angoisser de savoir si tes créations vont plaire aux autres. Nourris ce territoire de tout ce que tu es, de ce qui te rend unique, vulnérable, puissante, dans ta lumière comme dans ton ombre.

Parce qu’en face cela va être perçu d’une force incroyable. Crois-moi !

Sois le portail d’amour pour une autre personne qui, grâce à ton art, tes créations, ton savoir-être, va être attirée par ton message. Permets-lui de traverser une période charnière de son existence avec plus de légèreté et de grâce.

Crédits photo : Priscilla du Preez / Unsplash
Choisis-toi d’abord avant de t’offrir aux autres

Laisse-moi t’envoyer des lettres…

Les Story Letters sont des lettres mensuelles pour te partager ce qu’il se passe dans ma vie d’entrepreneure créative et dans ce que j’expérimente avec les auteur(e)s, les artistes et les entrepreneur(e)s que je côtoie ou accompagne. C’est un mélange de coaching, de partages d’expérience et de prises de conscience, toujours avec l’intention de t’apporter une perspective nouvelle sur l’art de vivre une vie créative joyeuse et jouissive.