Ecrivain Pantser - Découvre ton profil

Reconnaître le profil d’auteur.e Pantser

Un Pantser ne passe pas énormément de temps à trouver et évaluer la bonne méthode de structuration pour son histoire, voire même déteste une approche ultra codifiée. Le Pantser aime démarrer directement l’écriture sans feuille de route. C’est l’approche préférée de Stephen King et de Margaret Atwood. Si tu fais partie de cette catégorie d’auteur.e qui aime voir son histoire émerger organiquement sous sa plume, il y a de bonnes chances que tu sois un.e Pantser.

L’approche Pantsing est la meilleure méthode pour se jeter dans le bain de l’écriture et dépasser la peur de la page blanche.

Ta plus grande force : rapidité et empathie

Tu aimes ce processus un peu mystérieux au cours duquel tes personnages et ton histoire naissent littéralement sous tes yeux. Tu peux écrire quelques notes au préalable, mais structurer et t’arrêter pour réfléchir aux moindres détails de ton histoire te coupe tout élan, et tu préfères avancer dans l’écriture. Pour toi, c’est le seul moyen de libérer ton génie et ta créativité. Tu peux écrire n’importe où, n’importe quand. Quand l’inspiration vient, rien ne t’arrête.

Tu sais créer des personnages complexes, authentiques, avec une signature vocale bien distincte. Ton histoire est construite principalement autour du personnage principal et des personnages secondaires. Tu adores les confronter, les faire interagir, les faire tomber amoureux. Tu as une connaissance profonde de tes personnages. Parfois, tu as même l’impression qu’ils te parlent. Parfois, tu aimerais aussi qu’ils te fichent la paix !

Ta plus grande force est la rapidité d’exécution et ton empathie.

Ta zone de viligance

Si tu as un profil de Pantser, structurer est sûrement un peu ta bête noire. Il est probable que tu aies envie d’esquiver la planification, car tu penses que cela te privera de ta créativité, que passer du temps à réfléchir au plan de ton histoire va tuer ton inspiration. Ce genre d’exercice intellectuel te rappelle un peu trop l’école et les dissertations, ou peut-être le boulot que tu fais au bureau tous les jours à travailler et gérer des process et des systèmes.

Tu préfères largement laisser émerger la compréhension que tu as de ton histoire au fur et à mesure de l’écriture. Tu as peut-être davantage l’habitude de prendre quelques notes ou ébauché un synopsis sommaire de ton intrigue. En tout cas, tu es convaincu.e que le plan émergera organiquement, et que te mettre au plus vite à l’écriture est le seul chemin pour que ton histoire se dessine sous tes yeux tel un beau ballet cosmique.

Le problème avec cette approche est de se retrouver soit bloqué.e au beau milieu de l’écriture, soit se retrouver avec un premier draft qui ne tient pas la route. Ce qui t’oblige à réécrire différentes versions, sans en être vraiment jamais satisfait.e, et pour finir par faire du bricolage dans la phase de révision.

Car une chose que tu dois savoir est qu’un auteur développe une certaine allégeance aux premiers mots qu’il écrit. Quand tu figes la matière narrative dans l’écriture, il est très difficile d’envisager d’autres chemins pour raconter ton histoire. Et s’y résoudre demande une grande force morale, du courage, de l’énergie, et ne pas négocier avec la logique d’une histoire. Et c’est souvent à ce moment-là que les auteurs jettent l’éponge.

Cette approche est donc loin d’être efficace et satisfaisante, et fait perdre un temps fou et une énergie précieuse qui pourrait être employée plus intelligemment.

Comment approcher le process d’écriture en tant que Pantser ?

Un processus créatif, ça s’explore, s’expérimente et s’affine au fil du temps. Si tu débutes dans l’écriture et que tu découvres que tu es Pantser, voici quelques pistes pour bien t’organiser.

#1. Commence par réfléchir à ton message-clé.  Difficile d’appréhender la page blanche si tu n’as pas au moins une vague idée de ce sur quoi tu veux écrire. L’approche Pantsing consiste à suivre ses impulsions et ses émotions comme guide intérieur (plutôt qu’une structure). Ainsi, avant de partir dans l’écriture, écris sur un carnet ou une page dédiée pourquoi c’est important pour toi d’écrire cette histoire et quel message tu souhaites diffuser au monde. Tu peux aussi partir de ce point d’origine : « Avec quelle prise de conscience je souhaite que mon lecteur reparte après avoir terminé mon livre ? ».

#2. Aie confiance en tes intutions. Une fois plongée dans ton projet, laisse libre cours à tes impulsions et autorise-toi à te laisser guider par ton histoire. Un des plaisirs de l’approche Pantsing est l’immersion complète dans l’histoire et la découverte de là où va t’emmener ton intellect.

#3. Focus sur l’arc de ton protagoniste principal. Puisque tu aimes davantage découvrir tes personnages, poser l’arc de transformation, c’est déjà poser une structure. Chaque arc (positif, neutre, négatif) possède des objectifs à remplir pour chaque acte. Clarifie d’où ton protagoniste part et là où tu veux l’emmener en termes de besoins, désirs et motivations ; le point de bascule au milieu de l’acte 2 où il prend conscience des obstacles internes qui le ralentit dans l’atteinte de ses objectifs ; et quelques points intermédiaires pour construire le pont de sa transformation intérieure. Réfléchis plutôt en termes de scènes que de chapitres.

#4. Prends le temps d’évaluer régulièrement tes pages. Puisque tu ne structures pas en amont, ta meilleure stratégie est clairement de faire le point régulièrement à des moments précis au cours de l’écriture (toutes les 50 pages ou à chaque fin d’acte, par exemple). Tu ne veux pas te retrouver sur un chemin qui mène à une impasse narrative ou avec des trous ou des incohérences dans ton intrigue.

#5. N’aie pas peur de réviser. Ce n’est pas parce que tu es essentiellement en mode « écriture libre » que tu ne dois pas réviser ton travail. Au contraire, ton profil requiert que cette étape soit extrêmement minutieuse. La révision va pouvoir t’aider à retravailler un manque de logique interne entre les scènes et restructurer ton histoire autour d’un arc de transformation cohérent sur le plan narratif et émotionnellement puissant, avec un point de bascule clair pour ton audience.

#6. Soigne la résolution. Puisque tu es partie directement dans l’écriture, il est fort possible que tu n’aies pas de clarté sur la façon dont se termine ton histoire. Or, la résolution est la récompense de ton audience. Ta meilleure stratégie est de repartir de ton message-clé et de l’arc de ton protagoniste principal, et de veiller à ce que ton histoire progresse selon ce fil rouge pour arriver à la résolution qui s’impose. Sois attentif.ve à la façon dont tu approches cette résolution au fil de l’écriture. Une bonne résolution est à la fois évidente sur le plan narratif, mais doit aussi surprendre le lecteur.

Ecrivain Pantser - Découvre ton profil

Laisse-moi t’envoyer des lettres…

Les Story Letters sont des lettres mensuelles pour te partager ce qu’il se passe dans ma vie d’entrepreneure créative et dans ce que j’expérimente avec les auteur(e)s, les artistes et les entrepreneur(e)s que je côtoie ou accompagne. C’est un mélange de coaching, de partages d’expérience et de prises de conscience, toujours avec l’intention de t’apporter une perspective nouvelle sur l’art de vivre une vie créative joyeuse et jouissive.