Ecrivain Plotter - Découvre ton profil

Reconnaître un profil d’écrivain Plotter

Un Plotter est un auteur qui planifie et structure très minutieusement son histoire avant de partir dans l’écriture. La plupart des auteurs à succès planifient d’une certaine manière leur histoire avant d’entamer le premier draft.

J.K Rowling et Dan Brown font partie de cette catégorie. J.K Rowling avait défini toutes les règles du monde de la magie (qui a le droit de l’utiliser, à quel âge, dans quelles circonstances, quels sorts sont interdits, etc.) et l’arc des personnages sur toute la série. Dan Brown commence toujours par faire des recherches sur son worldbuilding (par ex., l’archéologie sous-marine) pour trouver de l’inspiration dans la structure et les rebondissements de son intrigue.

Si tu aimes passer beaucoup de temps à mapper ton worldbuilding, à développer tes personnages, à élaborer une intrigue captivante avec ses nombreux nœuds dramatiques, il y a une forte chance que tu appartiennes à ce profil.

Ta plus grande force : la planification et l’anticipation

Ton histoire aura une bonne logique interne ; rares seront les problèmes de continuité ; et la structure de ton intrigue sera solide et fidèle à l’école d’écriture qui voue un culte aux structures bien codifiées, tel le Voyage du Héros de Joseph Campbell, repris par Christopher Vogler, ou développées par les experts en storytelling tel John Truby ou Robert McKee.

C’est la structure fétiche du genre ACTION  où la place est donnée majoritairement à l’intrigue (le problème à résoudre) et des personnages qui se débrouillent comme ils peuvent pour résoudre ce problème. Le chemin de transformation intérieure du héros n’est pas forcément une priorité, même si lui donner un arc ajoute de la texture à l’histoire. Tout ce qu’on lui demande, c’est : Save the day ! And don’t mess up !

La plus grande force d’un écrivain Plotter est la planification et l’anticipation. 

Ta zone de viligance

Si tu as un profil de Plotter, planifier ton histoire et poser les éléments en amont est quelque chose que tu fais déjà naturellement. Là où, peut-être, c’est plus compliqué pour toi, c’est de mettre de la charge émotionnelle dans ton intrigue. Tu es excellent.e pour créer des mondes incroyables et concocter des rebondissements. Sauf que ton audience ne vient pas chercher de l’action, elle vient chercher de l’émotion, et surtout de la transformation.

Peut-être es-tu passionné.e de techniques d’écriture et tu as lu plusieurs ouvrages sur le sujet ou suivi ateliers ou formations en ligne.

Souvent les méthodes classiques de structuration fonctionnent bien mieux pour les scénarios que pour les romans, parce que les scénarios sont tournés principalement vers l’intrigue, c’est-à-dire les événements extérieurs.

Le scénariste n’a souvent pas à décrire le langage corporel, ce que les personnages pensent intérieurement ou la façon dont ils doivent se positionner physiquement au sein d’une scène. Ces informations sont laissées à la discrétion et à l’interprétation du réalisateur et des acteurs, ce qui est la raison pourquoi on peut avoir plusieurs remakes de films sans que chacun n’ait la même saveur.

Se focaliser uniquement sur l’intrigue externe ne fonctionne pas pour un roman parce que c’est une forme d’écriture plus intériorisée, plus introspective. Un roman nous invite à entrer dans l’esprit de quelqu’un d’autre, et nous autorise à suivre ce personnage pendant son périple, comment il le vit, le traverse, et comment il le comprend.

Au fur et à mesure qu’un personnage donne du sens à son chemin de transformation, le lecteur fait de même. Un romancier doit exprimer le langage corporel, les tics, les manies, les expressions du visage, le non-verbal, ce que pensent les personnages, ce qu’ils retiennent de dire mais qui leur brûlent les lèvres, la façon dont une situation les replonge dans leur passé et réactive d’anciennes blessures ou mémoires émotionnelles.

Un roman qui décrit simplement les actions et événements, a de bonnes chances de faire un flop monumental. Peu importe la puissance dramaturgique des événements décrits, si le lecteur ne voit pas sur la page pourquoi c’est important que ces événements se produisent et comment les personnages y réagissent et ajustent leurs décisions et leurs actions en conséquence, le lecteur n’a aucune raison ni motivation pour continuer à tourner les pages de ce livre.

Quand les romanciers parlent de structurer, souvent ce qu’ils évoquent est la structuration de l’intrigue (soit les événements externes). Le résultat tend à donner une espèce de grille compliquée (façon mind mapping) listant tous les détails de l’intrigue et la chronologie. On sait pertinemment le temps et l’effort que cela nécessite de faire ce type de plan, et on peut se poser la question de savoir s’il est vraiment utilisé par l’auteur une fois qu’ils se mettent à l’écriture. La raison ? Ce genre de plan ultra détaillé laisse toujours de côté l’élément le plus important d’une histoire : le pourquoi et la signification de chaque événement.

Comment approcher l’écriture en tant qu’écrivain Plotter ?

Un processus créatif, ça s’explore, s’expérimente et s’affine au fil du temps. Si tu débutes dans l’écriture et que tu découvres que tu es Plotter, voici quelques pistes pour bien t’organiser.

    #1. Gestion du temps. Passer trop de temps à planifier peut t’amener à une lassitude et à une perte de motivation. J’ai déjà rencontré ce cas avec un client. Prendre le temps de réfléchir à son histoire avant de l’écrire est ce que je recommande toujours, mais attention à ne pas tomber dans un perfectionnisme inutile qui n’est pas à ton service. Ne mets pas trop de temps entre toi et l’écriture du premier draft. Ta meilleure stratégie est de te mettre une limite dans le temps pour le travail préparatoire (Entre 3 et 6 mois – parce que tu as aussi une vie et un job à côté ! -, c’est bien pour un roman unique, hors recherche documentaire. Un peu plus si tu écris une série). Clarifie les éléments fondateurs de ton histoire, puis démarre l’écriture. C’est un processus circulaire, donc si tu as besoin de revenir sur ton plan à un moment donné, approfondir un personnage ou affiner une recherche, c’est complètement okay. 

    #2. Commence par développer une prémisse simple et engageante. Une fois que tu as brainstormé plusieurs idées et que tu as choisi celle qui avait le plus de potentiel pour devenir une intrigue efficace, il est temps de développer ta prémisse. La prémisse, c’est ton postulat de départ, le principe créateur de ton histoire, autour duquel tous les autres aspects narratifs et les personnages gravitent.

    #3. Définis dans un premier temps les règles essentielles de ton worldbuilding. Inutile de partir dans des recherches hyper-élaborées à ce stade. Réfléchis dans un premier temps aux règles essentielles de ton monde, c’est-à-dire celles qui ont un impact directe sur l’intrigue et sur ce que tes personnages peuvent ou sont autorisés à faire, ou pas. Ton focus doit être placé sur l’intrigue et les personnages. Si tu as besoin d’affiner un peu plus un élément de ton worldbuilding, tu peux y revenir plus tard, même pendant l’écriture. (Astuce : indique dans ton plan/draft la mention « TK » – pour « To Come » : « à venir », pour te rappeler que tu dois affiner ou aller vérifier un élément de ton worldbuilding).

    #4. Ne néglige pas le développement de tes personnages. Comme ton point de vigilance est le manque de transformation émotionnelle, prends le temps de bien caractériser tes personnages pour qu’ils soient authentiques, crédibles et attachants. Les personnages sont le sang d’une histoire, pas l’intrigue. Une histoire, c’est d’abord l’histoire de quelqu’un. Ainsi, aie de la clarté sur quelques éléments de la backstory de chaque personnage, leurs désirs et motivations et leur arc de transformation.

    #5. Développe une ou deux sous-intrigues. Une fois que tu as de la clarté sur ton intrigue principale, donne-lui du relief avec quelques sous-intrigues. Les sous-intrigues sont souvent en lien avec les personnages et leurs motivations. Par exemple, dans Harry Potter et la Coupe de Feu, la sous-intrigue concerne Hermione et son action dans la défense des elfes de maison avec sa Société d’Aide à la Libération des Elfes, qu’elle a fondée après avoir été témoin de mauvais traitements. Si tu connais bien la série, cela en dit long sur le personnage d’Hermione. Pense aux personnages qui peuplent ton monde et comment chacune de leur backstory ou motivation peuvent entrer en jeu. Une bonne sous-intrigue s’insère parfaitement dans l’intrigue principale et aide à la faire avancer. Ce n’est en aucun cas une histoire parallèle, ce qui créerait une distraction dans l’expérience de ton lecteur.

    #6. Le plan détaillé : ton meilleur outil. Avant d’écrire, bâtir un plan détaillé des scènes majeures de ton histoire est une bonne stratégie pour veiller à la fois à la bonne logique interne de l’histoire et pour garder un œil sur la transformation de tes personnages. Les scènes majeures sont les différents points de pivot et nœuds dramatiques qui font avancer l’intrigue : incident déclencheur, complications, crise, climax et résolution, le tout répété trois fois pour chaque acte. Il est utile d’écrire une description simple et factuelle (pas plus de 3-4 lignes) de ce qu’il se passe dans chaque scène, faire état des réactions émotionnelles du personnage mis en lumière dans la scène et quelle décision prend-il suite à cette réaction. Tu peux aussi indiquer le lieu de la scène, le point de vue dominant (si tu choisis une narration en omniscient par exemple).

    #7. Focus sur la bonne logique interne. Une fois ton plan détaillé bâti, il est temps de repérer et corriger les trous ou incohérences narratifs. La plupart des auteurs pensent que la révision vient après l’écriture du premier draft, ce qui est une croyance erronée. La révision, qu’on peut appeler aussi « prise de recul », est un travail éditorial à faire tout le long du processus d’écriture. A cette étape de développement, il est bien plus facile de vérifier la bonne cohérence narrative de ton histoire avec une dizaine de pages de scènes plutôt que 200 ou 300 pages.

    Ecrivain Plotter - Découvre ton profil

    Laisse-moi t’envoyer des lettres…

    Les Story Letters sont des lettres mensuelles pour te partager ce qu’il se passe dans ma vie d’entrepreneure créative et dans ce que j’expérimente avec les auteur(e)s, les artistes et les entrepreneur(e)s que je côtoie ou accompagne. C’est un mélange de coaching, de partages d’expérience et de prises de conscience, toujours avec l’intention de t’apporter une perspective nouvelle sur l’art de vivre une vie créative joyeuse et jouissive.